Beaugrenelle / from the archive / issue 4

Chaque jour est identique, et chaque jour différent.

Quand on regarde dehors, spécialement à la tombée de la nuit,

l'écran total explose en mille fragments – fenêtres éclairées

comme autant de vies anonymes.

Nos projections sont infinies ; elles reflètent les histoires privées

de ceux que l'on ne croisera jamais en bas.

Au milieu de sols suspendus aux bruits intenses,

le ballon vert brillant monte et descend.

La ville doit être regardée, avant tout les tours.

Elles sont regardées et positionnées en permanence

par la tour métallique et nue de notre imaginaire.

J'étais entre-deux quand la femme du 23ème étage

m'a dit que l'hiver arrivait finalement sur sa terre.

Bonne soirée, Madame, j'ai répondu.

© Hannah Darabi & Benoit Grimbert.

Images by Adam Murray

This article first appeared in The Modernist issue 4 'BRUTAL'